LE 13 INFORMÉ

À LA PÊCHE AUX INFOS

À la dernière minute, Saint-Étienne arrache la victoire contre Lyon dans un derby cadenassé (1-0).

4 min read
Partager :

Dans un match très tactique où personne ne souhaitait se découvrir, Lyonnais et Stéphanois se sont longtemps neutralisés, offrant au public un spectacle médiocre. Il aura fallu attendre l’entrée en jeu du slovène Robert Beric pour débloquer la situation dans les toutes dernières minutes, et offrir à Claude Puel sa première victoire sur le banc de l’ASSE.

Stade Geoffroy Guichard, le 10 novembre 2013 à Saint-Étienne.

Lorsque Lyon se déplace à Geoffroy Guichard, ça n’est jamais un match comme les autres. Chauffés à blanc toute la semaine par leurs supporters respectifs, les joueurs ont à cœur de tout donner lors de ce derby historique. La plupart du temps, cela promet un grand spectacle et de nombreux buts. Mais pas ce soir.
Pour son premier match, Claude Puel a mis en place une équipe largement remaniée, tout en imposant une rigueur tactique importante à ses joueurs dans le but de bloquer son adversaire. Pari réussi pour l’ancien entraîneur de Lyon qui gagne aussi le match des coachs face à un Sylvinho peu inspiré, et plus que jamais sur la sellette.

Une première mi-temps sans relief

Pour stopper l’hémorragie qui a mené les Stéphanois à la dernière place du classement, Claude Puel innove et propose un trio d’attaque inédit en titularisant Loïs Diony, Ryad Boudebouz et le jeune Charles Abi, âgé de 19 ans à peine. Le but étant de mettre beaucoup d’envie et d’énergie devant avec des joueurs qui ont peu joué, afin de presser des Lyonnais en plein doute malgré leur victoire en ligue des champions mercredi sur la pelouse de Leipzig. De son côté, Sylvinho décide d’aligner la même équipe qu’au dernier match, à l’exception de Rafael, préféré à Koné.
En résulte une première mi-temps engagée mais extrêmement pauvre en occasions. Les deux dispositifs en 3-4-3 se neutralisant parfaitement. La grosse bataille qui a eu lieu au milieu de terrain n’a pu masquer la faiblesse technique flagrante de ce premier acte. Seules les frappes de Boudebouz et Memphis Depay ont ponctuellement réveillé les supporteurs. Le premier, servi par Youssouf, a vu sa reprise repoussée par un très bon Anthony Lopez. Le second, sur coup franc, n’a pas réussi à cadrer sa frappe. Trois tirs seulement dans ce premier acte soporifique.

Une deuxième mi-temps plus ouverte

Ce sont bien les Verts qui frappent les premiers dans ce deuxième acte. Bouanga, le latéral droit stéphanois se heurte à deux reprises à Lopez. Côté Lyonnais, Aouar est le plus dangereux. Il inscrit même un but à la 61e, logiquement refusé pour hors-jeu. L’entrée de Moussa Dembélé à l’heure de jeu va apporter du sang neuf, mais les Lyonnais ne parviennent pas à débloquer la situation.
Vingt minutes plus tard, c’est au tour de Robert Beric de faire son entrée en jeu. Après avoir effectué un gros pressing tout au long du match grâce à des joueurs frais, Claude Puel déroule sa stratégie en apportant une palette plus technique à son jeu offensif. 90e minute du match, on se dirige tout droit vers un score nul : c’est le moment que choisit Beric, le héros du soir, pour reprendre de la tête un superbe centre de Boudebouz et tromper Lopez. Le chaudron s’embrase pour cette première victoire à la maison cette saison, qui met fin à une série de 4 matchs sans victoire lors du fameux derby.

Départ canon pour Claude Puel

Quarante-huit heures après son arrivée, le nouvel entraîneur stéphanois réalise une superbe opération en passant de la dernière à la 13e place. Il a pris des risques en laissant certains cadres sur le banc à l’image de Khazri, mais la prestation de son équipe lui a donné raison. Satisfait du comportement de ses joueurs, Claude Puel ne veut pas s’enflammer et précise au micro de Canal + que « le chemin sera très long cette saison pour revenir aux avant-postes de la ligue 1. »
Pour Sylvinho, qui n’a marqué que 3 points lors des sept dernières journées et qui voit son équipe dégringoler à la 14e place, il va falloir réagir très vite. Une nouvelle déconvenue pourrait lui coûter sa place.

Joffrey Marcellin

(Marie ALLENOU)

Auteur·trice

Partager :
Facebook
Twitter
YouTube