À quand un vaccin contre la fin du monde ?

Partager :

On parle souvent des “grandes découvertes”, de telle invention ou de telle autre qui a révolutionné la vie des Français. Vaccins, robots qui opèrent seuls, plateformes de signalement… Toutes ces avancées technologiques n’ont pourtant pas empêché la pandémie de Covid-19.

Si la France n’était pas prête à affronter la Covid-19, elle aurait dû l’être, selon Marie-Monique Robin, journaliste et chercheuse. Elle a écrit “La fabrique des pandémies” (2021), livre dans lequel elle donne la parole à une soixantaine de scientifiques.

Les scientifiques le savaient

Tous s’accordent à dire que cette pandémie était prévisible. L’autrice montre le lien entre destruction de la biodiversité, de notre environnement et apparition de nouveaux virus. Dès lors que l’on détruit un écosystème, les animaux vont chercher ailleurs des moyens de subsistances. En changeant d’environnement, ils emportent avec eux des bactéries qui sont transmises à d’autres êtres vivants, incapables de les supporter. C’est ce qu’on appelle des “zoonoses”.

En regardant la frise interactive, tu constateras que ce type de maladie existe dès l’Antiquité, avec la peste Antonine transmise aux hommes par les rats.

Depuis, les progrès scientifiques et technologiques se sont multipliés. Par exemple, la grippe asiatique est la première a être surveillée en temps réel. En 1992, Gideon est mis en place. C’est une application qui permet de suivre les foyers épidémiques dans tous les pays. Les scientifiques se rendent vite compte que les maladies se propagent principalement là où il y a eu une déforestation. En France, dès 1984 le réseau Sentinelle est chargé de surveiller l’évolution des maladies.

De modestes progrès en matière sanitaire

La question se pose, à l’heure où tout le monde ou presque possède un ordinateur et/ou un smartphone, de savoir si le progrès technique nous permet de vivre mieux. Pour affronter la Covid-19, nous avons dû nous enfermer, chacun dans nos maisons, pour ne pas mourir. Les applications se sont multipliées : “Covid Tracker”, “TousAntiCovid”, le pass vaccinal… permettant de nous suivre, de nous tracer, de nous signaler, mais jamais de nous soigner. “On nous promet un vaccin contre la Covid-19, mais quand nous aurons détruit tous les écosystèmes, dont notre vie dépend, il n’y aura pas de vaccin…” fait remarquer le médecin Andrew Haynes, dans l’ouvrage précédemment cité.

Julia PARET

Auteur·trice
Julia Paret

Partager :
Share this post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *