LE 13 INFORMÉ

À LA PÊCHE AUX INFOS

Daft Punk débranche ses platines : 5 titres à absolument connaître

4 min read

Les Daft Punk, en 2007. LEON NEAL / AFP

Partager :

Le duo Daft Punk se sépare. Le groupe mythique, pionnier de la musique électronique, précurseur de la French Touch, a marqué une génération entière. Daft Punk avait signé son dernier album en 2013, Random Access Memories, vingt ans après leur premier disque, Homework.

Parce que ce groupe est l’un de mes préférés au monde et que cette nouvelle est bien trop triste pour se contenter d’une brève, je vous propose mon top 5 (résolument subjectif) des morceaux de Daft Punk. Ils sont plus ou moins connus, piochés dans cinq de leurs albums majeurs, et forcément géniaux. Merci à eux.

FreshHomework (1997)

Homework est le premier album studio du duo Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo. Signé chez Virgin Records, l’album est enregistré dans les studios de Daft Punk : « Pour être libres, il fallait garder le contrôle. Pour cela nous devions financer nous-mêmes ce que nous produisions. L’idée principale était d’être libres » déclare Thomas Bangalter au sujet de cet album. Fresh, c’est une balade en bord de mer, qui se laisse petit à petit envahir par le beat et la guitare funk ultra identifiable du groupe, que l’on retrouve dans Around the world, l’un des méga-tubes de l’album. Le premier album, et déjà toute la patte du duo est là. Daft Punk devient le plus grand groupe de musique électronique français.

Too LongDiscovery (2001)

Pour Discovery, sorti en 2001, choisir un seul morceau est presque mission impossible. Sur les 14 morceaux, six sont des tubes incontournables, pour n’importe quelle personne ayant grandi dans les années 90 (ou après) (ou avant) (bref). À mes yeux, s’il n’y avait qu’un album à choisir (et j’espère qu’un tel ultimatum n’arrivera jamais) ce serait celui-là : Harder Better Faste, Stronger, One more time, Veridis Quo… Si on ajoute à cela les extraordinaires balades (Digital Love, Something about Us), cet album ravira toute oreille attentive. Mais c’est Too Long que je choisis. Dix minutes d’un beat impeccable, une voix qui nous emmène à l’autre bout de la stratosphère, et chaque couplet qui pousse un nouvel orteil à entrer dans la danse. Je n’ai rien à ajouter, laissez-vous porter :

TechnologicHuman After All (2005)

Cette fois, le choix était facile. Non pas que cet album ne comporte pas d’autres pépites (Human After All, Make Love, Television Rules the Nation, Emotion) mais Technologic rafle la palme haut la main. Si certains ont critiqué l’album, assez éloigné des sons funk et disco des deux premiers opus du groupe, Technologic séduit un public nouveau. Une voix robotique qui scande des impératifs liés aux activités techonologiques (« Fax it read it print it formate it »), des sons résolument métalliques et futuristes : quinze ans plus tard, le titre n’a pas pris une ride. Un conseil pour l’écoute : prendre la voiture, trouver un long tunnel et pousser le volume au maximum.

Around the World / Harder Better Faster Stronger – Alive 2007 (2007)

On ne peut pas décemment parler des Daft Punk sans évoquer l’OSNI (Objet Sonore Non-Identifié) qu’est l’album Alive 2007. Enregistré à Paris-Bercy le 14 juin 2007, le live propose 12 remixes des morceaux des trois premiers albums. Et entérine pour toujours la réputation des Daft Punk : l’album rafle deux Grammy Awards pour être le « meilleur album électronique » et la version 2007 de Harder Better Faster Stronger devient la « meilleure chanson électronique. » Mais pas besoin des Grammy’s pour s’en convaincre, il suffit d’écouter cette magistrale démonstration de force.

La tournée d’Alive 2007 restera gravée dans la mémoire de tous les fans du groupe qui ont eu la chance d’y assister. En 2017, des groupes Facebook se forment pour inciter le groupe à organiser une nouvelle tournée, dix ans après. En vain, mais il nous restera toujours l’album pour faire venir jouer les Daft Punk dans notre salon.

TouchRandom Access Memories (2013)

Random Access Memories est donc officiellement le dernier album des Daft Punk. L’album tranche avec les disques des années 2000, moins « dance », moins énervé. Mais, en grandissant, les Daft Punk ont renoué, dans cet album tout du moins, avec leurs premiers amours. On retrouve dans ce très bel album un grand nombre d’hommages aux années 70, au funk et à la disco. En atteste l’excellent titre Giorgio by Moroder, composé avec Giorgio Moroder, dit « Giorgio », un des pionniers du disco italien.

Dans Touch, c’est le grand Paul Williams qui prête sa voix au groupe. Difficile de ne pas y avoir un clin d’œil à Phantom of the Paradise, film iconique de Brian de Palma, dont la musique originale est composée par Paul Williams. Bien moins connu que les titres comme Get Lucky ou Lose Yourself to Dance, Touch est pourtant considéré comme le Bohemian Rhapsody du groupe. Un morceau magistral, féérique, où le temps suspend son vol… Et quand les mots sont faibles, restent la voix de ses chœurs qui nous sussurent « Hold on » (« Tenez bon ») alors que Daft Punk débranche ses platines… Et que Paul Williams supplie  « I need something more… »

Auteur·trice

Journaliste en formation, mais plagiste accomplie.


Partager :

1 thought on “Daft Punk débranche ses platines : 5 titres à absolument connaître

  1. j adorais ce groupe !!!! *pleure*
    j espère qu on aura de leurs nouvelles bientot en attendant je remets get lucky à fond les ballons

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook
Twitter
YouTube