LE 13 INFORMÉ

À LA PÊCHE AUX INFOS

Grève contre la réforme des retraites : 1995, 2003, 2010… les précédentes mobilisations à Marseille

3 min read

Nombre de manifestants contre la réforme des retraites à Marseille depuis 1995.

Partager :

Ce jeudi 19 janvier sera marquée par la grève en opposition à la réforme des retraites. Comme un air de déjà vu… Le sujet a toujours amené de fortes mobilisations dans la rue, en particulier à Marseille.

Une victoire, deux défaites… Retour sur les trois plus grands mouvements sociaux sur la question des retraites à Marseille.

  • 12 décembre 1995, Marseille en « capitale des luttes »

Alain Juppé, Premier ministre de l’époque, élabore une nouvelle réforme sur les retraites sans concertation avec les syndicats. Le « plan » vise à aligner les dispositions des retraites du secteur public sur celles du secteur privé (passer de 40 annuités contre 37,5 auparavant). Le 12 décembre 1995 va marquer l’apogée du mouvement social qui rassemble des personnels des secteurs publics et privés, et des associations. C’est à Marseille que la mobilisation est la plus forte en régions, avec 120 000 personnes selon les organisateurs. Les syndicats CGT et FO sont d’ailleurs réunis en tête de cortège, pour la première fois depuis 1947. Cette participation exceptionnelle de Marseille lui verra attribuer le surnom de « capitale des luttes » par certains médias et syndicats. Le 15 décembre, le gouvernement retire sa réforme sur les retraites, la fonction publique et les régimes spéciaux (SNCF, RATP, EDF)… Une vraie victoire pour les syndicats.

  • Mai 2003, mobilisation exceptionnelle mais pas de grève générale contre le « plan Fillon »

La mesure phare de la réforme Fillon de 2003 était l’allongement de la durée de cotisation nécessaire pour prétendre, après 60 ans, à une retraite à taux plein. Le 13 mai 2003, Marseille représente une nouvelle fois le plus gros rassemblement en régions, avec plus de 100 000 personnes selon la police, 200 000 selon les organisateurs. La mobilisation de 2003 se fait sur fond de grève des éboueurs et des transports à Marseille.

Le 12 juin, un meeting CGT-FO se tient à Marseille. Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille, refuse d’ailleurs d’ouvrir le Stade Vélodrome pour ce rassemblement. Marc Blondel (Force Ouvrière) appelle à la grève générale, depuis l’esplanade devant le stade. Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT s’y refuse et se fait siffler par de nombreux militants. Une sorte de trahison… Le mouvement s’essouffle ensuite et la loi sera finalement mise en application au niveau national.

  • Woerth 2010, participation plus faible

Le mouvement de protestation contre la réforme des retraites portée par Éric Woerth débute en mars 2010. Il donne lieu à 14 journées de manifestations soutenues par l’ensemble des grands syndicats, y compris cette fois la CFDT. Tous dénoncent le relèvement de 60 à 62 ans de l’âge légal de départ à la retraite.

Cette année-là encore, querelles de chiffres. Le 12 octobre 2010, une journée de manifestation nationale rassemble 3,5 millions de personnes selon la CGT et 1,23 million selon le ministère de l’intérieur. A Marseille, le cortège de la manifestation se tient sur le Vieux-Port et réunit environ 24 500 personnes selon la police. La large mobilisation ne fera toutefois pas fléchir le gouvernement.

Auteur·trice

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Twitter
YouTube