LE 13 INFORMÉ

À LA PÊCHE AUX INFOS

EDITO – Où sont la liberté, l’égalité et la fraternité ?

3 min read
Partager :

« Liberté, Egalité, Fraternité. » La devise de la République française, pays des droits de l’Homme, n’a jamais été autant d’actualité ces dernières années, car de nombreuses fois bafouée dans la pratique au quotidien. Mais où est la liberté lorsque lorsque l’on refuse de reconnaître le trans-genre ou encore un troisième sexe comme de nouvelles identités ? Où est l’égalité pour les femmes vis à vis des hommes dans leur représentation dans les lieux de pouvoirs mais aussi l’égalité devant la loi, en particulier avec, et en reprenant le simple exemple, des contrôles de police au faciès ? Où est donc la fraternité alors que chacun n’est pas traité de la même manière, les préjugés prenant le dessus sur la connaissance d’un individu ou un autre ? Où est-elle lorsque l’on refuse l’accueil de milliers de migrants fuyant la guerre et entassés dans des camps à nos frontières, rappelant des périodes sombres de l’Histoire ?

Pourtant, nous sommes en 2018. L’heure n’est pas au drame car de nombreux progrès ont déjà été faits. Mais tout reste encore à faire pour aller vers une totale tolérance et acceptation de chaque individu. Des personnes noires de peau sont tuées par la police aux Etats-Unis, d’autres sont ramenées à leurs stéréotypes d’êtres humains « noirs » dans leurs professions comme les acteurs qui ne se voient proposer que des rôles en lien avec leur condition, assignée au passé (prostituées, banlieusards, femmes de ménages, parler avec un accent et bien d’autres encore). A l’ère de la libération de la parole et du hashtag MeToo, des femmes se font encore renvoyer à leur situation de femme. Et pourtant elles ont le droit de vote depuis 74 ans en France. C’est la triste réalité d’une société, de plus en plus violente et au cœur d’une mondialisation qui s’accélère sans fin, qui assigne les individus pour ce qu’ils sont, sans prendre le temps nécessaire pour apprendre à connaître chaque personne.

Les comportements sont ainsi à l’image de la société. Avec internet et les réseaux sociaux aujourd’hui, tout s’accélère et nous sommes passés dans une société du jugement permanent. Nous pouvons tout avoir en un claquement de doigt et sans bouger de chez soi. « Etre libre, ce n’est pas seulement se libérer de ses chaînes, c’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres », écrivait Nelson Mandela à l’aube du XXIe siècle. Plus de 20 ans après, peut-on dire que nous sommes libres ?

Bastien Thomas

Avant de commencer, nous sommes allés à la rencontre de citoyens français dans la rue pour voir ce que leur évoque les termes de « genre » et de « race ».

Vidéo réalisée par Camille Nowak et Sophie Maréchal pour « Fais pas genre ! »

Auteur·trice

Partager :
Facebook
Twitter
YouTube