LE 13 INFORMÉ

À LA PÊCHE AUX INFOS

#9 – Le Brief de l’actu : du 30 novembre au 6 décembre

7 min read
Partager :

France

  • Projet de loi « sécurité globale » : le gouvernement recule (un peu)

L’article 24 de la proposition de loi « sécurité globale » sera entièrement réécrit, ont annoncé les présidents de groupe formant la majorité à l’Assemblée nationale, ce lundi 30 novembre. Ces deux paragraphes, jugés liberticides par leurs détracteurs, prévoyaient de pénaliser d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende la diffusion d’images d’un policier ou d’un gendarme « dans le but qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique ».

La coordination #StopLoiSécuritéGlobale, vaste collectif d’associations et de syndicats dont la Ligue des droits de l’Homme et des journalistes, continue de réclamer le retrait total du texte. Une nouvelle mobilisation contre la loi « sécurité globale » a eu lieu samedi 5 décembre. Elle a rassemblé 52 350 manifestants au national selon le ministère de l’Intérieur.

https://twitter.com/Marsactu/status/1335550568262197248

Auditionné par la commission des lois de l’Assemblée nationale sur les récentes affaires de violences policières, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a, pour la première fois, évoqué de possibles « problèmes structurels » de maintien de l’ordre. Pour autant, il a maintenu sa position : « les policiers et les gendarmes (…) ne sont pas assez protégés » et réaffirmé son soutien au préfet de police Didier Lallement.

À lire – Loi « sécurité globale » : Avec le recul sur l’article 24, Gérald Darmanin est-il fragilisé ? (20 minutes)

À lire – En tête de la fronde contre la loi « sécurité globale », des journalistes nés au coeur des mouvements sociaux (Le Monde – article réservé aux abonnés)

À lire – L’Espagne a sa loi « sécurité globale » depuis 2015 et voici comment ça se passe (Slate)

  • Le gouvernement présente son plan de vaccination contre la Covid-19

Les résidents en Ehpad et leurs personnels, lorsqu’ils « sont à risque de développer une forme grave de la maladie » seront les premiers bénéficiaires, en janvier, du vaccin anti-Covid, gratuit, a dévoilé le Premier ministre lors d’une conférence de presse, ce 3 décembre. « Cela représente environ un million de personnes, ce qui correspond aux quantités de vaccin qui nous seront livrées au cours du premier mois » a détaillé Jean Castex.

La deuxième phase de vaccination doit débuter en février et concerner 14 millions de personnes à risque, car âgées, malades ou travaillant dans le domaine de la santé. Enfin, au printemps 2021 le vaccin sera élargi à l’ensemble de la population. Au total, la France doit disposer de 200 millions de doses.

  • Hervé Le Tellier remporte le prix Goncourt avec L’Anomalie, Marie-Hélène Lafon lauréate du Renaudot pour Histoire du fils

Pour la première fois de son histoire, le plus prestigieux des prix littéraires n’a pas été décerné par l’académie Goncourt au traditionnel restaurant parisien Drouant, mais par visioconférence, ce lundi 30 novembre. Même tarif pour le prix Renaudot, lui aussi différé dans l’attente de la réouverture des librairies.

L’Anomalie, roman d’anticipation aux accents de thriller et de roman psychologique, raconte le mystère qui relie les passagers d’un vol Paris – New York en 2021. « Vous avez su passer au-delà de l’idée pour arriver à une fin exceptionnelle et à faire en sorte que cette anomalie soit révélatrice de chacun des personnages », a félicité le juré Eric-Emmanuel Schmitt.

https://twitter.com/Inafr_officiel/status/1333461288123396096

L’ouvrage de Marie-Hélène Lafon, ancré dans le Lot et le Cantal d’où elle est originaire, dépeint les joies et les secrets de la famille d’André, sur une succession de tableaux oscillant entre 1908 et 2008. « On écoute une histoire, une belle histoire », critique Dominique Bona, membre du jury. « On l’écoute en peu de mots, en des mots choisis, qui semblent gagner sur le silence« .

À lire – « Les jurés du prix Renaudot doivent démissionner » (BibliObs)

À écouter – Marie-Hélène Lafon : « L’écriture est une affaire charnelle » (France Culture)

  • L’ancien président français Valéry Giscard d’Estaing est mort

À 94 ans, Valéry Giscard d’Estaing est décédé des suites du Covid-19 mercredi 2 décembre. Son septennat avait été marqué par l’abaissement de la majorité à 18 ans, la dépénalisation de l’avortement, mais aussi par le scandale des diamants de Bokassa offerts par son homologue centrafricain, celui de l’arnaque aux « avions renifleurs » de la société pétrolière Elf, ou encore l’implication de son ministre du budget Maurice Papon dans la déportation de juifs. Un jour de deuil national sera observé le 9 décembre, sur décision d’Emmanuel Macron.

À lire – Giscard, un septennat d’affaires (Libération)

International

  • Malaise entre la Chine et l’Australie

À l’origine de ce regain de tensions, une photographie, publiée sur Twitter ce lundi 30 novembre, par l’un des porte-paroles de la diplomatie chinoise, montrant un soldat australien sur le point d’assassiner un enfant afghan. Le gouvernement australien de Scott Morrison a immédiatement réclamé des excuses.

Ces provocations interviennent dans un contexte de dégradation des relations bilatérales entre les deux pays. En début d’année, l’Australie avait réclamé une enquête sur l’origine de l’épidémie de Covid-19. La Chine avait alors répliqué en augmentant les taxes douanières sur les importations australiennes et en faisant parvenir aux médias australiens une liste de 14 plaintes visant leur gouvernement.

À lire – Entre la Chine et L’Australie, rien ne va plus (Courrier international)

  • Ziad Takieddine interpellé à Beyrouth

Une notice d’Interpol avait été lancé à l’encontre de cet homme d’affaire poursuivi dans le cadre de deux affaires de financements de campagnes électorales : celle d’Edouard Balladur en 1995 et celle de Nicolas Sarkozy en 2007.

Pour l’affaire Karachi, le tribunal de Paris avait émis en juin un mandat d’arrêt le condamnant à 5 ans d’emprisonnement ferme. Il avait fui au Liban la veille. Concernant l’affaire Kadhafi, Ziad Takieddine avait rétracté ses accusations de financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy le 11 novembre dernier.

À lire – Affaire Sarkozy-Kadhafi : chronique d’un potentiel scandale d’État (Jeune Afrique)

  • Prix Albert Londres : Allan Kaval, reporter au Monde récompensé pour ses reportages sur la Syrie

Blessé dans le Haut-Karabakh, c’est depuis sa chambre d’hôpital qu’Allan Kaval s’est vu décerner ce prestigieux prix de journalisme. « Précis, pudiques… ses portraits empreints d’humanité se conjuguent avec une analyse pertinente qui aide à la compréhension », commente l’association Albert Londres dans un communiqué.

Dans la catégorie audiovisuel, Sylvain Louvet et Ludovic Gaillard ont été primés pour leur film « Sept milliards de suspects » sur la vidéosurveillance de masse et ses dérives. L’enquête de Cédric Gras Alpinistes de Staline a elle été couronnée du quatrième prix du livre.

À lire – Dans le nord-est de la Syrie, la mort lente des prisonniers djihadistes (Le Monde – article réservé aux abonnés)

À voir – Tous surveillés, 7 milliards de suspects (Arte)

Marseille et ses environs

  • Le parquet national financier envisage un procès pour Jean-Claude Gaudin

Le parquet national financier a clôturé son enquête préliminaire sur le temps de travail des agents municipaux ce 4 décembre, après quatre ans d’investigation. D’après l’avocat de l’ancien maire de Marseille, ce dernier ainsi que six cadres de la mairie pourraient être poursuivis pour « négligence ayant permis le détournement par des tiers de fonds publics« . Le préjudice est estimé à 1 million d’euros par an.

À lire – Les heures sup’ bidons devraient valoir à Jean-Claude Gaudin un passage au tribunal (Marsactu – article réservé aux abonnés)

  • Une contre-enquête met en cause les CRS dans la mort de Zineb Redouane

Deux ans après le décès de cette habitante du quartier de Noailles à Marseille, l’expertise de Forensic Architecture et Disclose contredit le rapport d’expertise balistique officiel. Touchée au visage par une grenade lacrymogène depuis son balcon le 1er décembre, alors qu’avait lieu l’acte 3 des gilets jaunes, elle avait succombé à ses blessures le lendemain à l’hôpital de la Conception.

Après deux mois d’enquête et la reconstitution 3D des évènements, le média et le groupe de recherche concluent que l’arme a été utilisée à 37 mètres de la fenêtre de Zineb Redouane et non 100 selon les procédures en vigueur dans la police nationale. « Depuis sa position, et en adoptant un angle de tir compris entre 30 et 45 degrés, le policier dirige forcément son arme vers la façade d’un des immeubles situés devant lui », précise l’enquête.

À voir – The Killing of Zineb Redouane (Forensic Architecture et Disclose)

  • Le squat du petit séminaire évacué

Ce lundi, à 7 heures du matin, la police a délogé une soixantaine de personnes occupant l’un des plus grands squats de Marseille, situé dans le 13ème arrondissement. Cette évacuation est la troisième en une dizaine de jours et fait suite à une série d’incendies. Un arrêté de péril imminent avait été pris le 16 novembre sur ces bâtiments appartenant à Habitat Marseille Provence.

Selon La Provence, une quinzaine de migrants ont été reconduits vers des hôtels ou des gymnases mais les associations humanitaires comme Médecin du Monde s’inquiètent du manque de solution durable d’hébergement.

Auteur·trice

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook
Twitter
YouTube